|

"Y a pas à dire; les amis politiques, ça aide" et les politiques ne sont pas à un paradoxe près.

 

En main le nouvel opus de la communication municipale : ROUBAIX XXL. J'observe que le journal a changé de nom, changé de format, changé de papier…. et changé aussi d'imprimeur.
Je m'interroge sur le choix de celui qui apparait dans "l'ours" ( c'est ainsi qu'on nomme dans le jargon d'imprimerie le petit encart de mentions légales qui se trouve dans les premières pages du magazine) : Léonce Desprez.

Léonce Deprez c'est l'imprimerie éponyme qui appartient à la famille dont le le patriarche a été maire du Touquet de 1969 à 1995 et de 2001 à 2008 sous étiquette UMP, la même que celle du nouveau maire de Roubaix.

On ira pas jusqu'à dire que la démonstration est faite qu'il y a collusion entre la nouvelle équipe municipale et les milieux d'affaires, mais on peut imaginer que le choix a peut-être été un peu orienté pour favoriser une société lié au "clan " de la nouvelle majorité.

Passons! On se consolera en se satisfaisant du choix d'un imprimeur français de la région.

Poussé par la curiosité, j'ai voulu vérifier l'ours de la nouvelle mouture du magazine de la CUDL.

 Alors que son nouveau président (qui s'affiche 6 fois sur les 6 premières pages et sur la couverture) n'a de cesse d'affirmer que son axe fort c'est l'économie et les emplois qui en découlent, je constate que l'impression du journal est confiée à un imprimeur Belge ( Hoorens printing) . On me répondra que c'est l'Europe , mais j'ai du mal à concevoir qu'il soit impossible de trouver un imprimeur dans la métropole de Lille alors que la région NPdC est considérée comme la deuxième province graphique de France.

 Sans doute qu'en haut lieu ,on estime que l'imprimerie et tous les métiers qui l'accompagnent ne sont plus à la mode de chez nous.
On peut au moins espérer que la Belgique embauche nos travailleurs qualifiés de l'imprimerie pour répondre à "nos" marchés. Belle voie ouverte aux paradoxes; nos techniciens qualifiés "émigreront " vers nos voisins pendant que nous continuerons à recevoir des "immigrés " sans qualification.

On peut conclure, avec le bon sens qui anime ceux qui participent au Rassemblement Bleu Marine, qu'il serait souhaitable que les élus qui nous dirigent, retrouvent dans leurs décisions un certain élan patriotique pour privilégier ,quand le choix est évident ou seulement possible, les acteurs économiques français locaux.

Jean-pierre Legrand