|

Conseil municipal du 23 octobre 2014.

Lors du dernier conseil municipal notre groupe est intervenu sur certains sujets, en s’abstenant sur les résolutions qui restent dans des concepts qui ne permettront jamais à la ville de Roubaix de sortir de son marasme.

conseil municipal Roubaix

Nous vous donnons ci-dessous les thèmes et les textes de nos interventions :

 

Sur l’accompagnement pour l’amélioration de l’habitat insalubre.

Amélioration durable de l’habitat

S'il apparait qu'aucune charge n'incombe à la ville sur ce type de résolution, on peut se poser la question sur la remise en état de certains logements insalubres.
 
Tant que ceux-ci sont habités par des propriétaires résidents nous pensons qu'il est nécessaire d'accompagner la rénovation.

Dans le cas de propriétaires non résidents, on peut se poser la question sur la destination réelle des logements.

S’agit- il de loger des habitants de Roubaix ou d'ouvrir des logements à des populations d'ailleurs, des populations qui font que Roubaix n’est riche que de sa pauvreté et de sa misère ?

On parle dans la métropole de pôles d’excellence , (Euratechnologie, Eurasanté) etc… on ne souhaite pas que Roubaix devienne le pôle d’excellence du traitement de la misère.

Nous soutenons que nous sommes attachés à traiter la misère de Roubaix, mais pas celle du monde, et surtout pas au risque de favoriser des marchands de sommeil.

 

Sur les contrats adultes/relais et les subventions accordées aux associations

S'agissant des contrats adultes- relais et subventions versées aux associations pour un montant global supérieur à 300 000 euros

Nous faisons la remarque que  certaines associations arrivent régulièrement à défrayer la chronique des faits divers.
La dernière est récente, puisqu'il s'agit de ROUBAIX OMNISPORT . Une rencontre avec Cambrai a dégénéré en bagarre au point que l'un des joueurs adverse a fini sa journée à l'hôpital.
Ca n'est pas de lutte, ni de lutte des classes, mais de foot dont il s'agit.
Un autre club de foot a également été mis sur la sellette il y a quelques mois: la BARBE D'OR.
On peut citer aussi FUTSAL qui vient de se manifester de façon négative.

On est en droit de s'interroger sur ce que l'on définit comme favoriser le lien social quand on décide la distribution d'argent; s'agit-il de rassembler des jeunes pour des sports collectifs très médiatisés où l'insulte, l'arnaque, la violence deviennent monnaie courante?

Nous ne ferons pas le procès du foot, ni de quoique ce soit d'ailleurs, mais nous  pensons  qu'il faut changer radicalement de politique concernant certaines associations.

Il n'est pas acceptable de continuer à financer avec l'argent public, celui de nos impôts, des associations qui se développent sans que des règles  de discipline collective ne soient respectées.

Appelons un chat, un chat; Nous aimerions que dans certaines associations on parle plutôt que d'emploi "adulte relai", animateur social" on utilise le mot de personnel d'encadrement et qu'on insiste sur le mot "cadrer".

Nous aimerions que l'on arrête de parler de lien social,  quand il s'agit de distribuer de l'argent à perte.

En conclusion, nous aimerions que dans le cadre des associations , le financement public soit attribué au mérite et aux résultats et non plus à la nécessité, voir au chantage.

 

 

Sur d’autres résolutions, nous avons voulu marquer notre scepticisme quant à l’évolution dans le temps des objectifs et des projets, en particulier à cause  des risques de dérapages budgétaires ou d’orientations contraires aux intérêts des roubaisiens.

La rénovation du parc Barbieux aura bien lieu et tout le monde est en droit de se réjouir.

Par contre on peut se poser la question sur le nombre de places de parking qui seront en  réduction sensible. Les "verts" s'en réjouissent sûrement, ainsi que les amoureux de la petite reine et les marcheurs invétérés. Mais qu'en pense la mère de famille qui voudra emmener ses enfants au parc, celui d'un an dans sa poussette, celui de trois ans qui court partout et celui de 6 qui veut emmener son vélo?

L'écolo pur et dur  a-t-il pensé à ces gens qui viendront de toute la métropole pour profiter du nouveau parc ?

Et à tous ceux qui viennent au parc à l'occasion de grandes festivités ( mariages par exemple)?

Ne peut-il y avoir de concertation sur ce sujet qui ne rassemble pas que les inconditionnels de la "disparition " de l’auto?

 

Le projet "zéro déchet" , nous l’approuvons dans sa forme mais nous craignons qu’il soit en décalage avec les attentes quotidiennes des roubaisiens respectueux de leur ville.

Bien sûr, ça ne coûte rien de lancer ce projet utopique. Mais nous pensons que c'est le hochet qui détourne  les vrais problèmes concernant la propreté.

Est-il bien nécessaire de lancer à Roubaix des expériences de zéro déchet alors que nous sommes quotidiennement dégoûtés par la saleté qui se répand de plus en plus dans la ville.

Une saleté liée au manque d'éducation des jeunes et de beaucoup d'adultes et qui décourage les meilleures volontés.

Je ne peux m'empêcher de reproduire les réponses de  ceux à qui je faisais des remarques en indiquant les poubelles à proximité;

Lui adulte, au volant de sa voiture garée en double file devant le café le Derby et jetant ses papiers par la fenêtre,  et qui m'a répondu avec bras d'honneur "mais c'est Roubaix !!!".

Elle, jeune fille jetant avenue Lebas une canette vide sur le trottoir, me répondant;" sinon mon père aurait pas de boulot !!!".
Et ce groupe de jeunes ados à la sortie du fast food rue du curé qui continuaient  par provocation à jeter au fur et à mesure leurs cartons , papiers, canettes et restes de toutes sortes , jusqu'àu parvis de l'église...

Au train où ça se dégrade partout dans Roubaix, nous serons noyés sous les déchets avant d'atteindre zéro.

 

Au sujet des conventions entre la ville et l'Espace Croisé, l'association Art Point M, la braderie de l'art 2014 et la Condition Publique.

De l'Art dit contemporain, on peut s'inquiéter de certaines dérives qui font parfois les informations principales qui circulent sur tous les médias et en particulier le "net."
Tout récemment encore on a pu suivre l'aventure du fameux arbre de Noel de la place Vendôme.  (Plus d'informations ici)

L'art contemporain et la finance internationale font trop bon ménage : spéculation, valeurs indécentes, bulles financières.
A l'échelon modeste de la ville de Roubaix heureusement nous n'en sommes pas là et nous devons encourager la création.

Mais nous pensons que les gestionnaires de l'argent public doivent se méfier de ce qui touche à l'art dit « contemporain ».

S'il existe un jour des choix budgétaires drastiques à effectuer en matière culturelle, nous pensons qu'il vaudra mieux privilégier ce qui a trait aux époques artistiques de la gloire de Roubaix et qui n'étaient pas des moindres.