|

Conseil municipal du 25 juin 2015.

conseil municipalLors du conseil municipal du 25 juin 2015, Astrid LEPLAT est intervenue sur la délibération 336 au sujet de la création de conseils citoyens.

Voici son intervention : ici

Quand une loi ne sert qu'à complexifier le système , on se doit d'en restreindre les effets au maximum. Il en est ainsi de la loi 2002-276 relative à la démocratie de proximité. Les chemins de l'enfer sont toujours pavés de bonnes intentions.

Pour rester dans le temps imparti d'une intervention en conseil, je ne développerai pas ce sujet qui mériterait pourtant une réflexion approfondie de la part des conseillers ici présents.

Évoquant ces réunions de démocratie participative, un maire pourtant très à gauche d'une capitale internationale (Madrid) parle d'assemblées interminables pour discuter de thèses, d'antithèses et de synthèses qui, au lieu d'homogénéiser les décisions ne finissent qu'à créer une mauvaise ambiance et des divisions. Cette réflexion nous plait au RBM/FN, c'est du bon sens.

Roubaix s'enorgueillit d'avoir été précurseur de la démocratie participative; pour quel aboutissement ?

On peut s'interroger quand on voit le résultat ; une ville qui au fil du temps a perdu tout son attrait et qui s'enferme dans le communautarisme.

Quand on voit par exemple ce qu'est devenu le quartier de l'Alma, on est a en droit d'être sceptique sur la politique participative.

Les comités de quartier qui ont été créés en leur temps ont connu bien des dysfonctionnements et certains d'entre eux sont quasiment à la dérive, sans leader, sans objectif.

De plus, les citoyens se désintéressent de participer à des structures de "pouvoir consultatif", une espèce d'oxymore politique qu'on pourrait traduire par "cause toujours! ".

Les conseils citoyens issus des politiques post-soixante huitardes chères aux "verts" n'auront guère d'autre nature, et on peut craindre une récupération politique qui rendrait les situations ingérables et qui alourdirait les coûts de gestion.

Tout ça n'est qu'un leurre,une illusion de démocratie.

Au RBM nous sommes pragmatiques: si on nous impose une mauvaise loi , il faut l'appliquer "à minima"; 1 seul conseil citoyen réduit suffit.

Qui dit un seul conseil dit moins de réunions, moins d'assemblées, moins de moyens à pourvoir, moins de risques comme ceux qui sont évoqués ci dessus , et ainsi de belles économies en perspective et peut-être plus d'efficacité. Nous voterons contre une résolution qui complexifie la gestion communale, qui s'oppose à l'unité de la ville, qui peut favoriser le communautarisme, qui peut devenir coûteuse et réduire l'ambition et les projets qui permettraient à cette ville de retrouver son attractivité.

Astrid LEPLAT
Pour le groupe Roubaix Bleu Marine.