|

Conseil municipal du 17 décembre 2015.

Lors du dernier conseil municipal notre groupe est intervenu sur certains sujets, 

CM59100

Explication de vote pour les délibérations 427-428-429:

 

s'agissant des subventions versées par la ville aux associations et du plan pluriannuel d'objectifs avec la MDA.

Lors du conseil municipal de décembre 2014, Mme Redjimi qui était alors votre adjointe, nous avait promis un audit global sur la MDA et une étude sur toutes les associations de la ville.
Elle nous avait parlé d'un logiciel de contrôle au niveau des financements des associations, de la centralisation des dossiers de financement et d'un guichet unique. Mme Redjimi nous avait affirmé que le service d'audit de la ville fonctionnait très bien.
Le tout dans un souci de transparence.
1 an plus tard, toujours RIEN.
Mme Wenderbecq a repris la délégation et nous explique en commission que l'audit de la MDA n'est pas terminé et qu'il est impossible d'avoir une vision sur toutes les associations.
S'agissant d'argent public, d'argent payé par les contribuables roubaisiens, nous nous interrogeons.
Comment est-il possible de distribuer des subventions à l'aveugle ?
Les associations sont indispensables à la ville de Roubaix, elles sont un des signes essentiels de la vivacité de sa population et de la richesse de son expression.L'existence du tissu associatif est aussi indispensable pour le rapprochement entre les Roubaisiens.
Nous soulignons l'excellent travail de nombreuses petites associations qui fonctionnent parfaitement grâce à l'implication de personnes dévouées et bénévoles.
Il n'en demeure pas moins qu'elles ont des comptes à rendre, tant sur leur démarche que sur leur éthique et sur leur transparence financiére.
En aucun cas, les associations ne doivent être politisées, clientélistes ou communautaristes.
Nous avons eu cette semaine un bel exemple de disfonctionnement, relaté par la presse locale au sujet du comité de quartier de l'Epeule qui est incapable de produire le moindre rapport moral et financier. Je sais que Mmes Leman et Wenderbecq s'occupent de ce dossier mais quid des 95.000 euros alloués au FPH et bloqués par ce comité ?
C'est pourquoi nous voulons être vigilants.
Mais à ce jour, soit prés de 2 ans depuis le début de votre mandat, nous, membres de l'opposition, ne disposons d'aucune information fiable.
Notre vote est purement symbolique et ne pénalisera d'aucune façon les associations.
Dans ces conditions, nous voterons CONTRE les 3 délibérations.

 

délibération 384
Concernant le Contrat de ville- volet territorial de Roubaix

Dans la loi du 27 janvier 2014 ( loi Lamy), nous relevons au sujet de l'article 7 :
"Un conseil citoyen est mis en place dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville sur la base d'un diagnostic des pratiques et des initiatives participatives. Le conseil citoyen est composé d'une part d'habitants tirés au sort dans le respect de la parité entre les femmes et les hommes et d'autre part de représentants des associations et acteurs locaux.
Ces conseils citoyens sont associés à l'élaboration, à la mise en oeuvre et à l'évaluation des contrats de ville.
Des représentants du conseil citoyen participent à toutes les instances de pilotage du contrat de ville, y compris celles relatives aux projets de renouvellement urbain."
Il s'avère qu'à Roubaix, les conseils citoyens ne sont toujours pas constitués. On nous a annoncé leur mise en place au début de l'année prochaine. Négligence ou retard justifié par le fait que l'on ait voulu multiplier le nombre de conseils citoyens et de membres pour donner l'illusion de démocratie ( je me suis déjà exprimé là dessus, qu'importe!? ).
Toutefois, entre temps, pressé par un calendrier de mise en place du PLU( plan local d'urbanisme), du SCOT(schéma de cohérence territoriale), de la loi ALUR complété par Pinel (au logement urbanisme rénové), du PADD ( projet d'aménagement et de développement durable), j'en passe et des meilleures, la MEL a adopté la délibération 15C0167 le 23 février 2015, le contrat de ville cadre et d'agglomération qui pousse avec urgence Roubaix à mettre en place le volet roubaisien du contrat de ville.
La délibération qu'on nous demande d'adopter est caduque car elle n'est pas conforme au termes de la loi précédemment citée . En effet on y affirme un certain nombre de principes et d'options du contrat de ville qui pourraient ne pas respecter l'esprit de la démocratie participative. La loi précise bien : "des représentants du conseil citoyen participent à toutes les instances de pilotage du contrat de ville, y compris celles relatives aux projets de renouvellement urbain".
Dans la délibération, vous définissez déjà les projets de renouvellement urbain, et ce, sans avis des conseils citoyens qui ne sont pas encore en place. C'est en contradiction totale avec la loi.
En ce qui nous concerne au RBM/FN, adeptes du bon sens, nous ne sommes pas responsables des imbroglios, des impasses, des inepties où nous mènent la logorrhée législative et les atermoiements de ceux qui nous gouvernent.
Nous devons respecter la Loi ( on me le répète suffisamment quand j'interviens au nom du "bon sens"). Dans le cas qui nous occupe : 1)d'abord constituer et mettre en action les conseils citoyens 2 ) ensuite élaborer le contrat de ville avec le concours des conseils.
En conséquence nous votons CONTRE la délibération.

 

 

Délibération 445.
Concernant la médiation urbaine et sociale.

La délibération concerne dans un premier temps une adhésion à l'association France Médiation pour un montant de 1900 euros.
C'est dans le cadre d'un sempiternel projet de construction de mission de médiation urbaine dont les objectifs principaux seraient de : - recréer du lien avec les jeunes, les habitants et leurs structures -orienter les jeunes vers des structures existantes et notamment des structures d'accompagnement - informer les roubaisiens sur le territoire en fonction de demandes exprimées en terme de ressources, dispositifs et d'outils existants.
L'association France médiation a pour mission :
- de restaurer le lien social et favoriser le mieux vivre ensemble
- promouvoir l'accès au droit des personnes
- favoriser la citoyenneté et l'autonomie des individus
- faciliter une meilleure compréhension des points de vue d'autrui et des conséquences sociales des comportements de chacun.

Bref un vrai catalogue à la Prévert qui n'augure pas d'un cercle vertueux d'efficacité. Il nous semble qu'il existe suffisamment, à Roubaix et dans la métropole, de structures qui s'occupent de la jeunesse, de sa formation, de ses occupations, de sa santé, de sa citoyenneté, de son éducation, de ses démarches pour les formations et pour l'emploi, de sa vie associative, etc… pour ne pas devoir en rajouter encore . Assez pour une certaine jeunesse qui ne comprend pas qu'on en fait déjà beaucoup trop pour elle.
A un moment il faut arrêter de penser "toujours plus" en direction de toujours les mêmes.
Il y a d'autres demandes de populations roubaisiennes, plus discrètes, moins visibles, mais qui méritent un peu plus d'attention de la part de la municipalité. Nous pensons particulièrement aux personnes âgées,isolées, handicapées, abandonnées, familles très pauvres en marge de la misère. L'harmonie passe aussi par la prise en compte de leurs nécessaires besoins.
Nous disons besoins nécessaires et non superflus.
Au risque d'être toujours mal compris par ceux qui refusent de réfléchir au delà des faits, par refus d'accepter une soit disante politique de " paix sociale " vouée à l'échec, nous nous opposons à une résolution qui nous entrainera encore dans un projet superfétatoire et qui finira en dépenses incontrôlables.
En conséquence nous votons fermement CONTRE cette délibération.

 

Ma question est dans la continuité de la délibération 464 au sujet de lutte contre l'habitat indigne. Prévoir 150 logements sur Roubaix et Croix, c'est bien , mais….

Cette question m'a été soulevée au sujet de la résidence La Bruyère rue de Flandre à Roubaix.
Cette résidence fait partie du patrimoine immobilier conséquent du PACT métropole, succursale issue d'une vieille association immensément respectable née du bénévolat en action contre les taudis, mais, devenue au fil du temps une "méga structure" qui possède ou gère dans la métropole de Lille 4000 logements dont un certain nombre à Roubaix.
Cette véritable et vénérable entreprise était florissante il y a quelques années encore, mais a perdu très rapidement son équilibre puisqu'elle se trouve aujourd'hui en perte récurrente au point de connaître de graves problèmes financiers et sociaux et d'être contrainte à une liquidation progressive de son patrimoine, sans garantie d'avenir.
Etonnant pour un bailleur dont les loyers sont couverts à 80% par les aides au logement, le reste à la charge des locataires très modestes.
Etonnant pour une association qui reçoit des subventions de divers organismes publics.
Etonnant pour une structure soumise au contrôle politique des élus en responsabilité présents dans son conseil.
Etonnant pour une entreprise qui recrutait il y a peu de temps pour répondre à sa croissance ?
Etonnant pour une société qui s'inscrivait avec fierté dans le développement durable ?
Mauvaise gestion disent les salariés mécontents.
Peut-être inflation de directeurs ou autre ?
En conséquence le patrimoine est plus ou moins laissé à l'abandon et les locataires vivent dans des conditions inconfortables qui frisent l'insalubrité et l'indignité.
C'est le cas d'une vieille dame handicapée qui nous a été signalée dans la résidence La Bruyère rue de flandre.
Comme je sais que ma question va être relayée par des intervenants en charge de responsabilités politiques qui, en prenant la parole, nous entraineront dans les arcanes immensément complexes de la gestion de ces méga structures et de leurs implications non moins complexifiées au sein des instances officielles transférantes en verticalité et horizontalité,peintes en vert et en rose... ils s'efforceront de s'expliquer dans une langue de spécialiste incompréhensible pour le commun des mortels, et ils finiront par résumer par les mots: " Croyez-nous, on s'en occupe"!! Je préfère m'en tenir à une demande pragmatique:
- peut-on rapidement faire le point à Roubaix de tous les logements appartenants ou gérés par le PACT métropole?
- peut-on efficacement mettre en place à Roubaix une action pour relever les impressions de tous les résidents et leurs conditions de logement?
- peut-on trouver une solution rapide et satisfaisante pour les situations indignes?
- Peut-on avoir un calendrier précis sur les actions menées pour le soulagement des locataires?

Merci de votre écoute et de votre réponse.