|

Conseil municipal du 9 juin 2016.

Lors du dernier conseil municipal notre groupe est intervenu sur certains sujets.

CM59100

Explication de vote pour les délibérations 172 et 173:

 

Notre Groupe est déjà intervenu au sujet de l'ANRU et du NPNRU dans le cadre des débats  autour sur les comités de quartier et les conseils citoyens.
Les 2 résolutions démontrent que des dossiers sont déjà largement élaborés sans qu'interviennent ni mot, ni acte concernant la "démocratie participative"
Mais peut-être que ça n'a rien à voir.
Nous sommes bien obligé de reconnaître que les élus du peuple que nous sommes censés être se trouvent dans une situation bien délicate quand ils sont confrontés à des résolutions aussi complexes, quasi ésotériques et obscures où on cite par exemple des partenariats étranges avec des villes qui doivent être aux antipodes de nos problématiques ( Wattignies, Loos?)
Nous ne sommes pas des technocrates et on a bien du mal à comprendre "le côté obscur de la Force".
Toutes les explications s'avéreront certainement fastidieuses et inopérantes pour nos esprits et nos intelligences trop simples et terre à terre.
Mais comme on évoque dans ces 2 résolutions des dépenses importantes pour des études potentiellement superflues d'un montant de 60 000 et 384 000 euros, le Goupe RBM/FN votera contre.

 

Explication de vote pour les délibérations 224 :

S'agissant d'une étude pour faire de Roubaix une "Ville nourricière", nous voterons CONTRE.
Il s'agit ici de dépenser 96.000€, 96.000€ d'argent public, afin de savoir s'il serait possible d'implanter des ruches au sommet de la mairie, un potager en lieu et place du parking de la Grand Place ou un mur végétal en façade de la Grand Plage.
Encore un projet qui part d'un bon sentiment mais qui paraît totalement ubuesque et en complet décalage avec la réalité roubaisienne.
96.000€ pour une étude, un chiffre indécent au vu des nombreux Roubaisiens qui survivent avec parfois moins de 200€ par mois(j'évoque le reste à vivre).

Nous, groupe Roubaix Bleu Marine, préférerions que l'on sollicite des subventions pour financer une équipe de police municipale montée, ceci  afin d'assurer la sécurité du Parc Barbieux puisque, selon Melle Connel, la ville n'en a pas les moyens.
Au moins, les Roubaisiens pourraient profiter en toute quiétude d'un espace vert public existant.
A chacun ses priorités et ses choix.

 

 

 

Explication de vote pour les délibérations 211.

Concerne l'installation et la maintenance de nouvelles sirènes.
C'est l'État qui impose cette mesure. Le remplacement du matériel par un autre dont le fournisseur est nommément désigné; en l'occurrence Eiffage.
Bien entendu, c'est la ville qui doit prendre en charge la dépense pour l'acquisition et pour la maintenance.
L'État décide, la ville paie et Eiffage encaisse.
Ça nous fait penser à certaines combines des gouvernements précédents pour favoriser ses amis ou ses sponsors politiques.

Sur ce genre de délibération le Rbm/fn préfère s'abstenir.