|

Suite de l'expression politique RoubaixXL de septembre.

magxxl

Nous avons invité les lecteurs de RoubaixXL à nous rejoindre sur notre blog.

C’est dans une atmosphère de fin de règne que la France vit des épreuves redoutables qui sont en mesure de rompre une paix civile déjà relative.
Dans ces moments, il nous semble indispensable que les dirigeants soient très clairs sur leurs intentions, leurs objectifs et les moyens de les atteindre.
Les Français ont besoin de clarté.


Il est temps de mettre fin à la politique politicienne qui semble animer la plupart des acteurs politiques médiatisés à outrance.
L’année prochaine, l’élection du président de la République animera toute la vie politique française. Qui que vous soyez, quoi que vous fassiez, vous ne pourrez être en dehors du débat.
C’est l’avenir de la France et des Français qui sera en jeu.
C’est en connaissance de cause que le FN et le RBM de Roubaix soutiendront Marine Le Pen, parvenue malgré toutes les oppositions médiatiques, au seuil du pouvoir.
C’est la candidate de l’espoir qui est soutenue par un mouvement en constante progression lors des élections successives ; elle est la seule candidate de rassemblement aujourd’hui crédible qui défend une France souveraine et laïque, un Etat fort et respecté, une démocratie référendaire.
En matière de relations internationales, d’immigration et de nationalité, les choix qu’elle propose sont la marque du bon sens et de l’intérêt de la France et des Français.

Loin de la politique nationale, nous nous sentons tous concernés par la politique et l’action locales.
Lors des élections municipales en 2014, nous avions proclamé après la victoire de Mr Delbar et la défaite méritée des socialistes et de leurs alliés que nous serions l’aiguillon de la nouvelle équipe en place.
2 ans après, force est de constater que les résultats de l’action municipale sont en deçà des promesses de campagne.

S’il n’était certes pas très difficile de faire mieux que l’équipe précédente, qui pour des raisons idéologiques s’efforçait de ne pas ouvrir les yeux sur l’accélération de la dégradation roubaisienne, on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de progrès sur l’image de Roubaix et l’attractivité de la ville.

Il suffit d’interroger les gens et de voir la difficulté qu’ont les promoteurs privés à vendre leurs programmes ou leur timidité à s’engager pour construire, pour affirmer que Roubaix n’attise toujours pas la fibre résidentielle.
Si les gens viennent travailler à Roubaix, ils refusent d’y habiter.

Commune la plus pauvre de France, population issue de l’immigration en surnombre, quartiers délabrés et sales, désœuvrement et trafics, sentiment d’insécurité, islamisme envahissant, faits délictueux divers, activité commerciale en rupture et fiscalité décourageantes continuent à donner de la ville une image négative.

La politique « des petits pas », une forme indiscutable de clientélisme, le refus d’envisager des révolutions budgétaires, l’incapacité à imaginer une ville en renaissance industrielle et en qualité d’urbanisme (à l’exemple de Courtrai, 75 000 ha, qui connait un taux de chômage de 3 % au lieu des 31 % de Roubaix), l’unique intérêt porté aux métiers de la sphère numérique et de la vente à distance, le manque d’audace et d’exigence auprès de la MEL, la dépendance d’image de pauvreté portée sur Roubaix et quasi entretenue, le mensonge alimenté autour de la démocratie participative, sont beaucoup de réalités qui freinent le changement.

Les régimes se succèdent en ronronnements constants !


Sur la propreté. 

PoubellesOn dit que des efforts ont été faits en matière de propreté.
C’est sans compter, par exemple, sur l’absurde décision d’abandonner le ramassage des encombrants qui produit de plus en plus souvent et n’importe où des dépôts sauvages incontrôlés et parfois dangereux.
Les outils et l’organisation pour assumer la propreté à Roubaix restent insuffisants compte tenu d’une tranche de la population totalement rébarbative à l’intérêt collectif et au respect des règles.
Parfois on se demande aussi si Roubaix ne produit pas plus de déchets que de marchandises consommées? Un grand mystère !
Nous n’avons pas compris la décision de stopper les enquêtes qui auraient permis avec l’aide de la vidéo surveillance de pouvoir punir sévèrement les contrevenants d’où qu’ils viennent.

On peut constater que pour beaucoup d’individus, la rue est une poubelle.
Il y a deux remèdes pour y mettre fin : la mise à disposition de beaucoup plus de poubelles régulièrement vidées et les mesures répressives.
Les agents de la propreté urbaine ont-ils suffisamment de pouvoir pour faire entendre leur voix sur le respect dont ils devraient faire l’objet dans l’exercice de leur travail et sur leur travail ? Le maire s’était engagé à les défendre en cas d’insultes ou d’agression.
Certains endroits sont réputés pour leur saleté récurrente. Quid de ces situations ? Doit-on parler de zones de non-droit à la propreté ? De la faute à qui ? Quelles actions mène la mairie contre les incivilités liées à la propreté ?
La communication manque sur tous ces sujets et en particulier sur les condamnations des contrevenants.

Sur la sécurité.

PoliceLe maire s’était engagé sur un programme ambitieux en matière de sécurité.
C’était sans compter sur les freins qu’impose la posture nationale représentée par le préfet.
La police est tributaire d’un état de fait qui la rend impuissante.
Les lois sont bafouées, la justice est exsangue.
Dans ces conditions, Roubaix connait le sort de nombreuses grandes villes ; une délinquance qui a pignon sur rue et qui fait sa loi.
On a souvent constaté que les décisions prises à Roubaix par l’adjointe chargée de la sécurité et de la tranquillité des citoyens se sont heurtées à des murs légaux.
Le changement ne peut passer que par un changement de politique nationale.
Et depuis quelques dizaines d’années, force est de constater que tous les gouvernants issus de l’UMPS ont échoué sur ces sujets par manque de vision, de bon sens et de courage.
En attendant il faut accélérer le développement de la vidéo surveillance qui connait une période de stagnation (local non adapté, lenteur dans l’installation des caméras et aucune information sur les résultats de la vidéo verbalisation), envisager une police montée dans le secteur du parc Barbieux et une police municipale armée de moyens pour affirmer sa force et permettre de garantir la tranquillité des citoyens.

Sur l’emploi.

UsineRx
Le constat du nouveau maire était précis : le taux de chômage de Roubaix était de 31,6 % et le nombre de chômeurs de 13 828.
Depuis son élection, les efforts ont été tournés vers la concrétisation du projet Blanchemaille et quelques actions menées en matière de formation qui ont permis la création de quelques emplois.
On semble stagner complètement sur les projets Roub'export, école 42 du web et le camion mob emploi.
La question que l’on se pose ; est-ce que les statistiques roubaisiennes se sont améliorées ?

En parallèle, on a pu constater qu’une multitude de chantiers se sont concrétisés sur Roubaix.
Est-ce qu’ils ont favorisé l’emploi roubaisien ?
La question se pose également pour tous les sièges de sociétés venus s’implanter sur la ville. N’y a-t-on fait que déplacer des emplois ?
Nous regrettons que le maire ne soit sensible qu’aux emplois générés par les nouvelles technologies.
Dans une ville qui en a pour des années à se reconstruire (au propre comme au figuré), nous nous étonnons que l’on n’ait pas fait une place d’honneur et pourquoi pas un pôle d’excellence autour de l’architecture et de toutes les techniques actuelles et futures dédiées au développement d’une urbanisation renouvelée.
Sur ce plan, la mairie manque cruellement d’ambition.
Il suffit de faire un saut au-delà de la frontière pour constater le développement économique et la qualité de vie de nos voisins belges.
Triste constat.

Sur le commerce.

C’est l’échec le plus complet.
Rien de neuf sous le soleil de Roubaix.
En dehors de certains centres commerciaux dont il serait intéressant de savoir si les ouvertures contestables du dimanche ont accéléré les chiffres d’affaires, le commerce indépendant de Roubaix se meurt doucement et les quelques apparitions de nouveaux commerçants parfois éphémères ne permettent pas de cacher ni de compenser les disparitions.
On a le sentiment très net que le sujet est très loin des préoccupations de la mairie en place.
En cela elle rejoint le mandat précédent. Petit commerçant indépendant, qui amène la vie au centre-ville, démè... ne toi !

Sur le sport

Paris ROUBAIX


Le sport est un des grands cheval de bataille de la municipalité roubaisienne.
Grand champ de bataille aussi avec les écueils rencontrés avec certains responsables d’associations.
Nous sommes pour une gestion rigoureuse des clubs et sur ce point nous n’avons guère de critiques à faire sur l’action municipale.
Dans ce domaine nous avons voulu apporter une contribution en incitant les élus à réclamer à la MEL l’accord et la participation pour la construction d’une piscine olympique et
d’un complexe aquatique de loisirs et de services dédiés, en collaboration avec le secteur privé, les villes de Tourcoing et de Wattrelos, sur la zone de l’Union.
Une idée qui correspond en partie à un besoin fort de la métropole et qui permettrait un attrait et un développement de la Zone et la création d’emplois.

Sur les pratiques démocratiques.

L’adage qui dit que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent » s’applique complètement à Roubaix sur la démocratie participative.
Notre groupe est intervenu plusieurs fois en conseil municipal pour dénoncer les dérives de la majorité qui contrevient sans vergogne aux lois qui régissent la démocratie participative.
La lenteur de la mise en place et du fonctionnement des conseils citoyens font rater aux citoyens roubaisiens la possibilité d’intervenir en amont d’une part sur le contrat de ville et d’autre part sur le Plan Local d’Urbanisation qui va fixer durant les 10 prochaines années le développement urbain.
On aurait pourtant pu réunir les conseils de quartier (les instances participatives qui quadrillent la ville et qui reçoivent d’importantes subventions) pour élaborer des propositions depuis le début de l’année 2016... »Pas le temps « a-t-on considéré au sommet de la hiérarchie municipale.
En conséquence, le Plan Local d’Urbanisation (PLU) futur s’élaborera donc sans la participation citoyenne et dans les bureaux des administrations institutionnelles.
Nous dénonçons cette attitude qui est le reflet d’une société qui n’a que faire de l’avis citoyen et qui fonctionne en cercle fermé : les gens de pouvoir s’appuient sur un système politique et administratif complexe et complexifié qui interdit au citoyen “landa” d’y participer.
C’est le paradoxe de la démocratie.

On ne peut terminer cette liste sans évoquer 2 sujets qui permettent d’animer les médias et à la mairie de faire sa pub.

D’abord les fameuses maisons à un euro.
D’une gageure, on a monté un projet aux ambitions ridicules. Une douzaine de maisons seulement seront peut-être offertes à l’euro symbolique avec des obligations administratives drastiques qu’aucun des bénéficiaires ne pourra raisonnablement assurer. Au final on garantit un “flop” total.
Au passage, beaucoup de temps et pas mal d’argent auront été consacrés à un sujet qui ne le méritait pas.
Ensuite l’opération “zéro déchet”, qui s’illusionne de l’assentiment unanime. Comment en effet s’opposer à une idée aussi généreuse du bien-être du monde et de son environnement.
En dehors des effets risibles (ce commerçant qui utilise pour ses gâteaux ou sandwichs des contenants recyclables qui finiront dans une poubelle municipale) et malgré toute l’attention qu’on porte au sujet défendu par un adjoint de conviction, on reste sceptique sur les résultats tangibles au niveau d’une ville comme Roubaix où une bonne partie de la population se moque du bien-être des autres, de l’environnement et encore plus de l’écologie.
Fort à parier qu’on peut craindre des augmentations budgétaires sensibles consacrées à ce choix ambitieux sans que les résultats ne soient au rendez-vous.

En résumé, il nous apparait que si les actions menées par la Mairie ont démarré sur les chapeaux de roues, il semble bien qu’aujourd’hui elles s’enlisent dans une sorte d’auto satisfaction du devoir accompli et de la continuité somnolente.

Les quelques exemples donnés démontrent que le maire a sans doute fait beaucoup trop de promesses, que les résultats ne sont pas à la mesure des espérances et que la fougue du début semble sérieusement s’émousser devant les difficultés croissantes.
Nous finirons par un dicton : “Qui trop embrasse mal étreint” pour signifier que le Maire avait fait trop de promesses pour assurer son élection et que la volonté d’une gouvernance apaisée s’avère complètement inefficace.

Notre équipe continuera son travail au sein du conseil municipal en s’exprimant sur les choix municipaux et elle compte sur vos suggestions et vos soutiens.
Notre permanence en mairie vous est ouverte le samedi de 10 h à 12 h.
Venez nous rencontrer et débattre avec nous. On avance bien quand on se connait mieux.

Jean-Pierre LEGRAND 
Pour le Groupe Roubaix Bleu Marine